Pourquoi j’ai peur de voir le code être enseigné à l’école – Le Hollandais Volant

Enseigner le code changera peut-être la donne, mais c’est à double tranchant : on risque de voir le code passer en discipline purement scolaire et donc de rebuter les enfants d’en faire chez eux « pour le plaisir ».
On est dans une société où être un intello ou avoir des bonnes notes, c’est mal.

Source : Pourquoi j’ai peur de voir le code être enseigné à l’école – Le Hollandais Volant

Je trouve qu’enseigner le code à l’école est une bonne chose.  L’école est un temple du savoir, j’aurais adoré apprendre le code à l’école.

Le soucis selon moi, et comme tu l’indiques, c’est que tout ce qu’on fait à l’école doit être évalué avec une note derrière. Pourquoi cela ?

Depuis 2 ans j’entreprends dans ma classe le 0 note. Je ne mets *aucune* note, ni chiffrée, ni colorée, ni quoi que ce soit qui s’en rapproche. Je fournis simplement aux élèves/parents un tableau avec globalement toutes les compétences travaillées dans l’année, avec quatre critères : pas encore vu en classe, vu rapidement en classe, compétence évaluée et à retravailler encore, et compétence acquise. Ce document est utilisé durant l’année entière. Après chaque évaluation on remplit ce document.

Ce fonctionnement a pour moi de nombreux avantages :

  • au lieu d’évaluer un jour précis une compétence, mettre une note et passer à la suite, j’évalue avec une évaluation classique, et si ce n’est pas bon cela veut dire qu’il faudra réévaluer ensuite, et cela autant de fois que nécessaire, jusqu’à ce que la compétence soit acquise.
  • il n’y a plus de « mauvais élève » dans ma classe, simplement des élèves qui ont besoin de plus de temps.
  • cela enlève toute pression aux évaluations.
  • je n’ai plus d’élèves qui pleurent parce qu’ils ont une mauvaise note et qu’ils vont se faire « tuer » par leurs parents.
  • quand les élèves reçoivent leur évaluation corrigée, ils ne peuvent plus comparer leurs notes, et sont obligés de regarder exercice par exercice ce qu’ils ont fait pour se comparer (et les élèves se comparent toujours). Cela les force à avoir un retour critique sur leur travail, dans le détail.
  • un élève en très grosse difficulté est en évolution permanente, même s’il remplit son document moins vite que les autres. Il ne se décourage pas à collectionner les notes de merde, et progresse à son rythme.
  • l’élève voit la progression dans son travail (au début d’année, « on va apprendre tout ça ?? », en fin d’année « waw, tout ce qu’on a appris »).
  • l’élève est content de venir à l’école, puisqu’il vient pour apprendre, et non plus être jugé. Et tout le monde aime apprendre.

Quand on voit que chaque année le bac est de plus en plus accessible, je me pose vraiment la question de l’intérêt de la note chiffrée, qui est juste là pour stresser tout le monde.

Pour moi l’école se porterait vraiment mieux si on retirait complètement toutes les notes. En tout cas, ma classe a prouvé qu’il n’y en a pas besoin, et que c’est même contre-productif.

A voir aussi

Fast radio burst : 1.652 explosions en seulement 47 jours ! – Sciences et Avenir

FRB 121102 a de particulier qu’il est étonnamment régulier – cyclique, plus précisément. Décrit en 2014 par …

2 comments

  1. Merci pour le détail du principe d’évaluation sans aucune note, ça permet d’avoir une meilleure appréhension ; j’avoue que je ne pensais pas voir autant de points positifs.

    Pour ce qui est du code en lui-même, je n’ai pas d’avis, si ce n’est : est-ce que ça ne va pas encore « alourdir » les programmes (petit jeu de mots au passage) qui de ce que je comprends sont déjà difficilement applicable dans leur totalité sur l’année ?

  2. Je ne sais pas si ça va alourdir les programmes (huhu), le prof de techno peut peut-être organiser cela sur un trimestre ?
    Ou alors on supprime l’espagnol :D ? ou le sport… :p

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.