Infos
Accueil / École / Bilan semaine du 25 Janvier

Bilan semaine du 25 Janvier

J’arrive un peu mieux à gérer mon temps de préparation de la classe. J’ai un peu plus de temps libre, je prévois sur le plus long terme et non plus uniquement du jour au lendemain. J’ai donc envie d’essayer de vous faire des petits rapports chaque semaine d’école, histoire que vous imaginiez un peu plus le quotidien d’un prof de CE1. Je ne sais pas combien de temps je le ferai, j’espère longtemps, mais comme je ne sais pas de quoi demain est fait, je préfère ne rien promettre.

La semaine dernière j’ai eu ma dernière visite par la PEMF. Une « visite » c’est un joli mot pour dire que quelqu’un vous observe pendant une matinée entière au fond de la classe, et fait un rapport sur vous qui vous permet, ou non, d’être titularisé. Je suis visité par deux types de personnes : les PEMF et les tuteurs ESPE. Le PEMF est le Professeur des Écoles Maître Formateur. C’est un prof de primaire, si possible de votre niveau, qui est déchargé une journée par semaine pour rendre visite à des PES, Professeur des Écoles Stagiaire, c’est à dire moi, quelqu’un qui vient d’avoir son concours et doit être titularisé. Le rapport du PEMF compte pour la titularisation. Si son rapport est bon, tout bon pour vous, dans le cas contraire, c’est galère. Le tuteur ESPE (nouveau nom de l’IUFM) est quant à lui un prof de fac, qui n’est pas prof de primaire. Son rapport ne sert à rien pour la titularisation, c’est juste pour vous, pour avoir un autre avis. Tout ça pour dire que j’ai donc eu ma 3e visite du PEMF, la dernière de l’année. Me reste plus qu’une visite du tuteur (lui vient deux fois dans l’année). Son rapport était excellent :) Absolument rien à me reprocher, tout était parfait, j’ai eu les félicitations, et c’est super rare :) Donc je suis très bien parti pour la titularisation !

Pour rappel j’ai une classe de 20 élèves de CE1, dans un établissement classé REP et bientôt REP+ (établissement difficile, brrr ça fait peur).

Sinon un bilan au jour le jour :

Lundi 25 :

6 élèves sur 20 ont échoué à l’examen du savoir nager. Les élèves doivent nager 15m, et 6 ont échoué. Pas très grave, ils reprendront l’année prochaine, mais comme quoi c’est loin d’être évident comme examen. Fini la piscine pour cette année !

J’ai fait une information préoccupante pour un élève, M. M se fait frapper à coups de câbles sur les cuisses et il est puni de repas le soir s’il ramène des mauvaises notes… Je l’ai envoyé chez la directrice (hors de question que je regarde ses cuisses). Les traces sont avérées, il a même des cicatrices… J’ai demandé à voir ses parents dans son cahier de liaison, mais il a subitement disparu. J’ai dit à M. que s’il ne retrouvait pas son cahier de liaison, je serai obligé d’appeler ses parents. Gageons que le carnet de liaison va réapparaître. Jeudi dernier à la dictée, je l’ai surpris avec le cahier de textes sur les genoux, avec les mots écrits correctement… Pour éviter la mauvaise note. J’aimerais rappeler à ses parents qu’il faut qu’ils signent le cahier du jour et le cahier de liaison, et tâter un peu le terrain entre M et ses parents. Chaud.

Mercredi 27 :

En anglais je leur ai projeté We’re Going On A Bear Hunt. Ce sera un travail de plusieurs séances. Le vocabulaire n’est pas toujours facile, je ne leur demande pas de tout comprendre de toute manière. On a chanté, répété, fait les gestes. Ça a bien plu :)

C’est toujours galère pour projeter : il faut aller chercher un écran dans une salle, une rallonge dans une autre, le projecteur dans le bureau de la directrice ainsi que les enceintes. Projecteur et enceintes que j’ai fait acheter en début d’année, quand l’école voulait mettre 900€ pour la même chose, j’ai dit STOP et je m’en suis occupé. Pas demain qu’on sera équipé de tableaux interactifs, alors qu’on est censé en être tous équipé (REP). Ce matin personne ne se servait du projecteur, j’ai donc pu m’en servir.

Exercice de conjugaison, sur les verbes avoir et être. Dernière question, écris une phrase avec as et une autre avec a. Je vous laisse juger :

IMG_0452-2

Mes élèves sont des poètes !

Jeudi 28 :

Journée éprouvante.

J’ai eu une idée de folie, qui a fait pleurer 1/3 des gamins dans la classe… Écriture d’invention, ils ont des images et doivent inventer une histoire. Une fois l’histoire écrite, ils doivent se corriger. S’ils savent qu’un mot est mal écrit mais qu’ils ne savent pas comment l’écrire, ils l’entourent. Un mot faux et non entouré fait perdre un point à chaque fois. Ils partent avec 10 points, le but est d’avoir le meilleur score possible. Un mot faux et entouré ne fait évidemment pas perdre de points. Après un mot juste et entouré fait aussi perdre un point, merci les petits malins.

Et bien ça a pleuré ! Les élèves se sont tellement pris dans la compétition, que quand des scores de 3/10 tombaient et qu’ils comprenaient qu’ils n’allaient pas gagner, gros, GROS chagrin. Je me suis retrouvé à devoir consoler un tiers de la classe… Super.

Malgré tout je ne laisse pas tomber cette idée, car un « mauvais » élève peut avoir un très bon score, ce système de score permet d’avoir un suivi de l’élève pour valoriser ses progrès*, et cela leur permet d’avoir un regard objectif sur leur travail, tout en s’autoévaluant presque.

*oui, reconnaître ses erreurs est un progrès, c’est la première étape avant de pouvoir se corriger. Repérer ses erreurs s’apprend. Écrire correctement viendra plus tard, pas en CE1 en tout cas.

Bref on verra ce que cela donne au long terme ! Après, dans leur cahier du jour, ils doivent évidemment recopier sans erreurs leur production corrigée. Copier sans erreurs est attendu au CE1, afin de pouvoir copier les leçons du cycle 3. Pour les faire arrêter de pleurer, j’ai du promettre que s’ils copiaient sans erreur ils pouvaient regagner les points perdus ! Tout bénef pour moi car cela les force à s’appliquer. Ils sont vraiment petits encore.

Un élève, E, a balancé une insulte raciste à sa voisine, du genre elle sent le caca elle en a plein sur elle. La petite est venue se plaindre. Là, c’est compliqué : la petite attend réparation, et il faut passer l’envie au coupable de recommencer. Le racisme étant quelque chose qui me tient vraiment à coeur, j’ai vraiment été en colère sur ce coup. Un prof ne doit jamais être en colère, ça ne sert à rien. Il peut faire semblant d’être en colère, mais ne pas l’être réellement, sinon on dit des conneries. Et là, vous ne savez pas quoi dire. Il ne faut pas blesser la petite encore plus, il faut trouver les mots justes. Et là, pris au dépourvu, ce n’est pas évident. J’ai gueulé un peu fort et un peu -trop- longtemps, j’ai merdé un peu. J’ai fait peur à quelques élèves, qui venaient s’excuser eux-mêmes à la place de E… Là on se dit merde, on est allé un peu loin. On explique que l’on n’est pas en colère contre eux, on explique sa bêtise. Il faut savoir que E est un élève très difficile, qui se braque pour un rien, qui n’a pas de cadre à la maison. Il a envoyé voler toute sa table, et allait essayer de démolir la porte. Là, faut gérer le gamin, sans le toucher. Mais on y arrive. Le périscolaire frappe à la porte, je suis en retard pour la sortie. Avec ces conneries j’ai perdu 15 minutes, je n’ai pas pu finir le travail. Pas GG. Évidemment E a continué à faire chier, il ne voulait pas sortir de la classe, et je ne peux pas me permettre de le laisser sans surveillance. Résultat 10 minutes de retard à la sortie, des parents qui râlent.

Maintenant il est 19h10, j’ai terminé les corrections, je dois remplir les fiches APC (aide complémentaire) pour les élèves dans le besoin pour travailler avec moi le jeudi entre midi et deux, et surtout finir ma journée de demain. On va faire des expériences avec de l’eau (ça coule ou ça flotte ?), j’espère que ça va aller.

Vendredi 29 :

Meilleure journée. Lutte le matin, c’est toujours fun. Juste interdit à 3 élèves de pratiquer car ils n’avaient pas leur tenue. Suivi d’une leçon de conjugaison (les verbes venir, faire, aller et dire au présent), numération, poésie, numération, et de l’expérimentation en sciences sur le sujet « ça coule ou ça flotte ? ». On a testé la flottaison du fer, du bois, de cailloux, en faisant varier la forme, la taille, le poids. C’était intéressant, les élèves ont été impliqués et concentrés, c’était nickel :)

IMG_0454

Puis à 16h groupe blog avec une dizaine de CM1/CM2. Toujours fatiguant, ils sont plus grands, ont l’impression que ce temps facultatif est un peu un moment pour faire la fête et les fous. On relâche un peu le cadre, on rigole bien, tout en restant ferme. Ça permet aussi de discuter un peu avec eux, mieux les connaître. Ils jouent tous à PES sur Play 4, ils ne font rien d’autres.

Là il me reste à ranger, trier et cie, faire le point pour la semaine prochaine, mettre les articles des élèves en ligne (les corriger auparavant, etc). Pas fini encore. Après je rentre.

Ha oui, E m’a encore fait une grosse crise. Mais limite du genre crise d’hystérie. Il secouait dans tous les sens, se faisait mal, faisait mal aux autres. J’ai du lui bloquer les bras pour qu’il se calme, mais il était tellement devenu fou qu’il arrivait à se débattre, j’ai du faire le flic à le plaquer au sol mon genou entre les épaules, le temps qu’il reprenne ses esprits. Je trouve cet acte extrêmement choquant et violent, mais il FALLAIT que je l’empêche de se blesser ou de blesser les autres. Il devient compliqué à gérer. Il refuse catégoriquement le moindre refus et se braque très, très vite. Je l’ai envoyé chez la directrice (comprendre par là que je demande à une collègue de garder ma classe pendant que je le porte à l’étage inférieur), il a essayé de se sauver, la directrice qui lui court après, qui siffle les adultes sur son chemin pour l’attraper… Moi je suis encore en mode « je suis chaud là », je reprends mes esprits, j’essaie de ne pas en faire une affaire personnelle, je fais descendre l’adrénaline qui est bien là, je retrouve ma classe, on descend, j’ai plus de 10 minutes de retard, les parents qui me tombent dessus. Je ne peux pas expliquer ce qu’il se passe, juste un bref « un soucis avec un élève », mais parents, sachez que quand on descend en retard, ce n’est JAMAIS par choix, on ne peut pas louper l’heure, les enfants sont bruyants dans les couloirs, nos élèves sont très vite agités, bref on le voit. Si on est en retard, c’est que l’on a un vrai soucis. Je comprends que ça vous met en retard, mais quand votre gamin vous met en retard le matin, n’oubliez pas que nous, on en a 30.

Fin de la semaine du 25 Janvier !

Bon WE à tous, moi je vais aller dormir.

2 comments

  1. Du coup je l’ai lu, mais j’ai pas commenté :P
    Article très sympa et concret, prof c’est vraiment pas pour tout le monde c’est clair mais je suis content de voir qu’à toi ça te plaît !
    En attendant le prochaine épisode ;)

    NB : Sympa le nouveau thème !

  2. Ça n’attendait pas forcément un commentaire, pas de soucis !
    :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

4c66cdb368073fe49582be23d42d1869----------