Infos
Accueil / École / Ma première séance de piscine

Ma première séance de piscine

Je n’avais encore jamais fait de piscine avec mes élèves. C’est maintenant chose faite ! Et quelle aventure !

On est parti peu avant 10h, un car doit nous emmener. Nous arrivons, je découvre les lieux. 1 seul toilette pour les garçons, 1 seul pour les filles. Nous arrivons à 4 classes, soit environ 100 élèves. Je vous laisse imaginer. La prochaine fois, ils feront pipi à l’école.

Une fois tous en maillot de bain, je dois me changer aussi en vitesse. Je reste responsable de mes élèves à tout moment, donc je me change vite, très vite. C’est absurde d’être responsable d’élèves que l’on ne peut pas voir. On espère qu’une bagarre ne va pas éclater, on insiste BEAUCOUP sur le fait que personne ne doit avancer, faudrait pas qu’un élève prenne le délire d’aller nager seul.

On arrive au bord du bassin, on explique l’activité. J’ai de la chance, dans ma ville, ce n’est pas à moi d’organiser les activités. Ce sont les maitres nageurs. Mais dans certaines villes moins importantes, c’est le maitre ou la maitresse qui doit organiser tout ça, venir sur son temps libre mettre tout en place. Je n’ose pas imaginer.

Les élèves sont à la queue leu leu, descendent un par un dans l’eau. Mes CE1 sont déjà allés à la piscine en CP, mais le niveau reste globalement faible et très hétérogène. Sur ma classe de 24, 2 sont parfaitement à l’aise, la majorité est en galère, et 4/5 éléments sont en grosses difficultés (peur de l’eau principalement). La séance dure environ 40 minutes.

Malgré les maitres nageurs, je reste pleinement responsable de mes élèves. Surveiller 24 gamins à la fois est impossible, ils ne sont heureusement pas tous dans l’eau, mais il y en a facilement 8 à la fois dans l’eau, qui parcourent une distance de moitié de longueur de piscine olympique. C’est compliqué de tout voir, surtout quand un élève en difficulté a peur, a besoin d’aide ou d’être rassuré. J’ai fait la bêtise d’aider une petite et de ne plus surveiller les autres, et c’est à ce moment là qu’un élève a commencé à se noyer. Je ne l’avais pas vu… La maitre nageur est intervenu, il est allé le chercher. Chaud, bordel. Je ne sais pas ce qu’il se serait passé s’il n’était pas intervenu. Je pense que je l’aurais vu, mais j’ai été moins réactif que le maitre nageur. Je ne pensais pas qu’en une seconde un élève pouvait passer de « je nage » à « je coule ». C’est rapide, très très rapide.

C’est encore une grosse responsabilité que l’on nous donne. Et la moindre erreur ne nous serait pas pardonnée, ce qui paraît normal.

En sortie de bassin, il faut rhabiller les élèves, trouver les affaires perdues : une paire de chaussures, une veste rouge, une autre veste. Au bout de 10 min, où j’ai du enlever mes chaussures pour repasser le pédiluve (prochaine fois je penserai à regarder s’il n’y a rien d’oublié dans les vestiaires avant de les quitter !), je n’ai pas trouvé la veste rouge. Quand soudain, on est prit d’un doute : « tu es sûr d’avoir pris ta veste ce matin ? » « Heu, je crois »… Haaa, les CE1, ils restent petits, très petits !

Résultat nous sommes rentrés avec 25min de retard, les parents ont gueulé, mais je ne me voyais pas leur dire qu’il s’agissait de ma première séance.

La semaine prochaine je serai déjà un peu plus rodé ! Ça sera tous les lundis matin. Le midi dans la salle des profs j’étais HS, à croire que j’avais parcouru 10 longueurs de bassin.

4 comments

  1. Avoir des parents qui accompagnent les élèves (2 ou 3, pas besoin d’en avoir plus que d’élèves ;-D), c’est pas possible ? Il me semble que ça se faisait il y a quelques années (il y a 15 ans en gros).

    Aussi, je me demande si un prof ne pourrait pas se changer avant les élèves pour les attendre et vérifier que personne ne saute à l’eau pendant qu’un reste à valider que tout le monde avance.

    • C’est possible si les parents ont je sais plus quel diplôme de secouriste natation. Sinon ils doivent rester au vestiaire.

      Se changer avant ne change pas grand chose au problème : ils resteront quand même un moment sans surveillance, et on est seul avec sa classe.

  2. Le « les parents ont gueulé » m’a fait sourire, je t’imagine bien en train de râler intérieurement.
    Par contre, 100 élèves oO wtf
    de mon temps (:p), quand j’étais en cp/ce1 ou même collège, c’était par classe qu’on allait nager.

    En tout cas, le coup du gosse qui se noie, ça m’a fait penser à une vidéo sur koréus, où tu vois un gamin s’amuser dans l’eau et à un moment, commencer à se noyer, et personne autour pour le remarquer. Et non, malgré les trop nombreux commentaires « olala, mécé éviden kil se noi », ça n’est jamais simple de voir si quelqu’un se noie ou s’amuse surtout s’il y a du monde autour.
    Heureusement que vous avez des maitres nageurs.

    Bon courage pour la suite, en tout cas,
    J’ai du mal à voir comment avec autant de gamin, tu peux leur apprendre à nager/ne plus avoir peur/progresser.

    • Non mais j’ai pas 100 gamins sous ma responsabilité, heureusement ! J’ai « juste » pas classe. C’est une piscine olympique, elle est grande, et en gros y’a une classe par angle.

      Pour la noyade oui c’est jamais évident, ça ne fait pas de bruit, c’est pas impressionnant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

6f57a9cf092a8bae6e5b7050f2a794278888888888888888888888