Infos
Accueil / Mes réactions / Pourquoi il ne faut plus cautionner Steam

Pourquoi il ne faut plus cautionner Steam

Steam, c’est LA plateforme incontournable du joueur de PC. Plusieurs milliers de jeux, des promotions régulières, etc.

Cela fait 9 ans que j’ai un compte chez eux. Mon premier jeu a été Team Fortress 2. À l’époque, Steam ne servait qu’à lancer les jeux de Valve, le développeur. Puis des jeux se sont rajoutés, des jeux de développeurs externes. Les jeux étaient vraiment peu chers, du genre Bioshock 1 et 2 à 2€ pièce. On savait que les jeux avaient le DRM Steam (sans Steam, on ne lance pas le jeu), mais pour le prix, on était prêt à faire cette concession. Du coup, pour 10€, on pouvait se retrouver avec 3 ou 4 GOTY, quand sur console en réduction on les trouvait à 40€ pièce.

C’était la joie, Steam culminait à 500 000 comptes.

Puis le temps a passé, Steam a rajouté des fonctionnalités, des fonctionnalités batardes, qui ont complètement emprisonné le joueur, sans qu’il ne s’en rende compte. Aujourd’hui, Steam, c’est 13 millions de personnes connectées en même temps. Steam n’est plus le rebelle qui cassait les prix, Steam est devenu une entreprise pour faire du chiffre, une entreprise qui manipule ses clients.

Petit tour d’horizon.

Steam, le Facebook du jeu vidéo

Sur Facebook, vous avez le « mur » où vous pouvez suivre vos amis. Sur Steam, vous avez la fenêtre « activité » :

Vous saurez tout : tel ami a acheté tel jeu, il a pris une capture d’écran, une vidéo, il a eu tel succès, il souhaite acheter ce jeu, il est devenu ami avec telle personne, etc.

Au début, c’est fun : ha machin a bien squatté ce jeu, il doit être bien. Sympa la capture d’écran, etc, etc. Puis vous vous prenez à votre propre piège. Vous avez envie d’avoir tel succès, pour le montrer aux autres. Vous avez envie de prendre cette capture d’écran, toujours dans la même optique. Mais vous, est-ce que vous vouliez vraiment cela ? Le faites-vous pour vous, ou pour les autres ? La question se pose. Est-ce que je vais jouer à ce jeu qui n’est pas sur Steam et qui ne m’apporte rien *autour du jeu*, ou je vais jouer à celui-ci qui va me débloquer des succès, et me permettre de partager des choses ? Vous partagez même votre temps de jeu, pour montrer quel hardcore gamer vous êtes.

Et évidemment, vous pouvez très facilement comparer vos succès avec vos amis…

J’ai la désagréable sensation d’être fliqué en permanence. Si je lance tel jeu au beau milieu de la nuit, mes amis le sauront. Même le monde entier, avec les réglages publiques. On peut même savoir combien de temps j’ai joué les 15 derniers jours. 6h de jeu ? Ça va, il fait autre chose de sa vie. 55h ? ha, un bon no-life. Il doit pas avoir de nana celui-là. Et lui là, il joue sur son temps de travail, carrément ?

Le problème de vie privée se pose de plus en plus avec Steam. Et s’il ne s’agissait que de son cercle d’amis, ça pourrait encore passer ! Mais ces informations sont de précieuses informations pour Steam, qui améliore sans cesse ses algorithmes pour me proposer tel ou tel jeu, que je vais forcément aimer puisqu’il me connaît mieux que je ne me connais moi-même.

Savez-vous par exemple que la page d’accueil est différente pour chacun de nous ? Que même les nouveautés sont filtrées pour correspondre à mes goûts ?

Autrefois simple vendeur de jeux vidéo, aujourd’hui usine à vapeur (haha…) qui transforme mon ordinateur en console de jeux vidéo. Je ne joue pas aux dernières consoles de Sony ou Microsoft ? C’est tout comme, je joue sur Steam. Je peux même lancer Steam en mode Big Picture pour avoir une interface consolisée, adaptée pour le pad.

Et Steam ne s’arrête pas à ce que je fais sur Steam ! Il sait même quels sites vous visitez sur votre navigateur classique (sous prétexte de lutter contre la triche, avec son système VAC), ce que vous avez d’installé sur votre machine en dehors de Steam (jeux, logiciels, etc). Quelle configuration précise vous avez. Bref, il sait tout. Comme les pilotes Geforce Experience de Nvidia, vous me ferez remarquer. Je pourrais aussi faire un article dessus tant il y a à dire également.

Aujourd’hui, quand je joue sur Steam, j’ai la désagréable sensation d’être épié de partout. Par mes amis, d’une part, et par Steam d’autre part. J’oublie que mon objectif initial est simplement de jouer, comme je pouvais le faire sur ma PS2 d’époque.

Mais là où le piège de Steam est encore plus tenace, c’est dans tous les « à côtés » que propose Steam.

La drogue L’écosystème Steam

Vous trouverez sur le net des tas de sites qui proposent des « bundles » de jeux à très petits prix. Vous n’aurez que des clés Steam, bien évidemment. Très rapidement votre bibliothèque va grimper, jusqu’à posséder plusieurs centaines de jeux. Vous ne jouerez pas aux 80%, mais cette bibliothèque créera de l’attachement, ce sera votre bibliothèque personnelle, où vous ne pourrez pas sortir les jeux. Savez-vous que les conditions d’utilisation du service stipulent que vous ne pouvez pas transférer un compte ? Légalement, évidemment. Vous ne pouvez donc pas légalement transférer votre compte à votre enfant, par exemple. Il doit disparaitre avec vous.

Quand vous jouerez à un jeu, vous débloquerez des cartes. Comme celles d’un jeu de cartes à collectionner. Ces cartes, vous pourrez en faire deux choses : les vendre, contre de l’argent réel, ou augmenter la taille de votre zizi virtuel.

Vous débloquerez à la louche entre 3 et 6 cartes par jeu. Les cartes ont une valeur différente suivant leur rareté, entre 5 cts et 1€ environ.

Ici, une de mes cartes a une valeur de 47 cts. Évidemment, Steam garde sa commission au passage. Il a réussi à fabriquer du vrai argent avec du vent.

Je peux donc gagner de l’argent en jouant à un jeu sur Steam. Un jeu en promo à 1€ peut donc au final vous revenir gratuitement si vous vendez vos cartes par exemple.

Vais-je jouer à un jeu non Steam qui ne me fait rien gagner, ou un jeu sur Steam qui va me faire looter des cartes que je vais pouvoir revendre contre du vrai argent, que je pourrai réinvestir dans un autre jeu ?

Mais ces cartes peuvent aussi servir à fabriquer des badges, pour faire augmenter mon e-penis.

Si vous allez sur mon profil, vous verrez en haut à droite que mon e-penis est de niveau 26. J’ai farmé suffisamment de badges pour monter au niveau 26. Plus votre niveau est élevé, plus vous pourrez afficher de choses sur votre profil, jusqu’à obtenir un profil de fou furieux. Votre liste d’amis les trie aussi évidemment suivant leur e-penis.

La dépendance ne s’arrête pas là, un élément de l’écosystème Steam est à ne pas oublier : le streaming local.

Vous disposez d’un ordinateur puissant de jeu, et très simplement vous pouvez jouer sur toutes vos autres machines en streaming local. Jouer à The Witcher 3 au fond du lit sur Macbook Pro avec une manette de 360 devient une réalité avec Steam. Vous pouvez aussi acheter un Steam Link pour jouer au fond du canapé sur votre télé, et cela fonctionne très très bien, voir mon article sur le sujet.

Je ne vais pas détailler les autres fonctionnalités, mais y’a encore un système de gemmes, vous pouvez voir en temps réel façon Twitch vos amis jouer, vous avez le Steam Workshop qui permet de partager très facilement des mods, les forums de discussions, les guides des jeux pendant le jeu, les curateurs, la navigation par tags, les sauvegardes dans le cloud, etc, etc, etc.

Jouer passe presque en second plan, tant Steam propose de choses.

Steam pose la problématique que je me pose régulièrement dans notre nouveau monde hyper connecté : où se trouve la limite entre confort et facilité d’utilisation avec le respect de ma vie privée ?

Saturation

Je sature. J’ai juste envie de jouer, sans me prendre la tête, sans être espionné de toute part. Me sentir serein. Ne plus avoir de pop-up pour m’informer de telle ou telle chose (heureusement désactivables). Je veux décrocher de ce Facebook de mes amis virtuels que je ne connais pas pour la plupart.

Et vous savez quoi ? C’est possible.

Je suis de plus en plus fan de GoG. Ce site de vente de jeux dématérialisés proposait à la base uniquement des vieux jeux (GoG signifie Good Old Games) sans DRM. Le service a évolué, s’est mis à proposer des jeux également sous MacOS ou Linux, plus récent encore le site a mis à disposition sa propre plateforme de jeux, GoG Galaxy. Cette plateforme cumule de nombreux avantages : elle permet de télécharger en un clic nos jeux, permet de récupérer les exécutables d’installation (tous les jeux étant proposés sans DRM ni clé quelconque, aucun serveur pour valider quoi que ce soit), de jouer hors ligne sans problème, propose aussi un suivi de temps de jeu, des succès, les choses classiques. À ceci près que tout est privé, même vos amis n’en ont pas connaissance. C’est votre plateforme de jeu.

Ici, votre vie privée est respectée. Pas de e-penis, pas de cartes à collecter, juste du jeu. Bien sûr, en contrepartie, il n’y a pas de streaming local (ça manque vraiment, mais cela arrivera sûrement un jour), le catalogue est moins fourni (forcément, tous les éditeurs n’acceptent pas de proposer leur jeu sans DRM), les jeux sont aussi un peu plus chers que sur Steam.

GoG (Galaxy) prend vraiment une bonne direction je trouve. La direction qu’aurait du prendre Steam. Mais c’est malheureusement les choix très marketing de Steam qui font de lui le leader du marché.

Interface de la bibliothèque de GoG Galaxy

Bien sûr, je ne vais pas m’assoir sur ma bibliothèque Steam de près de 800 jeux. Mais j’ai dorénavant décidé que j’achèterai mes jeux en priorité sur GoG, comme je viens de faire pour The Witcher 3 récemment. Et je réfléchirai à deux fois avant de prendre un jeu uniquement disponible sur Steam, quitte à louper des jeux.

Comment va évoluer Steam dans le futur ? Il saura analyser que je suis resté minutes sur la page de tel jeu, il déduira un potentiel d’achat et me proposera des contenus entièrement tirés d’algorithmes ? Il saura analyser ma façon de jouer pour me proposer du contenu toujours plus pertinent ? Il prétéléchargera des jeux que je suis susceptibles d’aimer, pour y jouer instantanément ? Il me proposera un abonnement de 15€/mois pour jouer à tous les jeux de sa bibliothèque, sans jamais rien posséder ? Il me permettra de jouer en streaming depuis ses propres serveurs, je n’aurai même plus besoin d’acheter un PC de jeu ? Il sortira une nouvelle version de son Steam Link compatible avec son service de streaming, afin de n’avoir même plus à acheter d’ordinateur ? La concurrence sera ainsi définitivement enterrée, quitte à même bouffer Sony ou Microsoft au passage sur le terrain des consoles.

C’est l’avenir, c’est indéniable. Et le pire, c’est que tout le monde sera fan. Mais ça tirera la qualité des productions vers le bas : le jeu vidéo ne sera plus qu’un service, comme on consomme des séries. Fini la créativité, place au jeu épisodique, qu’on consommera, puis qu’on oubliera jusqu’au prochain épisode. Le jeu vidéo sera hyper calibré, tiré des milliers d’heures d’analyse comportementale des joueurs, afin de correspondre exactement à ce que désire la majorité.

Je ne veux pas de cet avenir. J’ai parfaitement conscience que rien ne pourra l’en empêcher, mais en tant que fan de jeux vidéo, je ne peux pas cautionner cette évolution.

Il est à nous, joueurs, de voter avec notre porte monnaie. Acheter sur GoG, c’est cautionner des jeux sans DRM, des jeux vidéo développés par des fans de jeux vidéo (l’équipe derrière GoG est aussi celle qui développait les jeux The Witcher et prochainement Cyberpunk), qui sortent des jeux sans DRM et avec des DLC de malade, comme The Witcher 3. Il faut arrêter de cautionner les jeux EA ou Ubisoft, qui ne sont rien de plus que des usines à fric et à actionnaires.

Quand je vois que même Nintendo se met au jeu vidéo en kit avec DLC (le dernier Zelda sur Switch a des donjons en DLC, ainsi que le niveau de difficulté difficile…), aux free to play sur mobile, alors qu’il s’agissait d’un des derniers défenseurs des vraies valeurs du jeu vidéo, je me dis que cette entreprise va mal. Aujourd’hui les jeux vidéo à moins de 10€, demain les jeux en location par abonnement. Et il sera trop tard pour revenir en arrière.

Profitons de plateforme comme GoG pendant qu’elles existent encore, il sera trop tard pour réagir quand les joueurs auront cautionné la destruction de cet art qui est le jeu vidéo.

9 comments

  1. Il y a tout de même des avantages considérables à Steam, comme le multijoueur, la diffusion facilitée de contenu, le multilangue, Steam sur toutes les plateformes (pas encore le cas de GOG), un grand nombre de jeux, une bibliothèque claire et accesssible, etc.

    Mais je comprends parfaitement ton point de vue, ce qui me dérange le plus c’est la diffusion des infos de « l’actualité »…

    • Bien sûr qu’il y a des avantages considérables à Steam, mais à quel prix ? C’est toute la question.

      Après il reste toujours possible de tout régler sur privé, mais Steam aura toujours accès à ces informations. Un moindre mal quand même ? J’hésite.

    • Après, perso, je m’en fous de toutes les nouveautés Steam.

      Les succès sont pour moi un moyen de jouer à fond le jeu, qu’ils s’affichent ou non n’a aucun intérêt.

      Par contre, j’aime bien le fait de voir les jeux que les amis ont, ça donne de bonnes pistes de jeux à jouer ou d’offrir un jeu qu’un ami a dans sa liste de souhait.

      Les cartes sont un bon moyen pour celui qui se moque des levels (inutiles qui plus est) et d’avoir de l’argent facilement pour avoir des réducs pour des jeux.

      Le suivi du nombre d’heure est pour moi acceptable, ça me permet de voir les jeux ayant la plus longue durée de vie, un des critères d’achat pour ma part.

      Les captures d’écran on en faisait déjà bien avant Steam, l’avantage c’est de pouvoir les diffuser par Steam mais c’est tellement noyé dans la masse que ça sert à rien, mieux vaut les faire pour soi, ou comme affiche de présentation.

      L’avantage du tout privé c’est de tout garder pour toi et Steam, rien ne sera affiché, ce que tu reproches essentiellement dans ton billet, et je pense que ce n’est pas une mauvaise idée…

  2. Totalement d’accord, surtout quand tu soulignes qu’ils vendent à partir de rien pour réconforter un égo virtuel. Il y a aussi Humble Bundle qui te donne un fichier executable quand tu achète un jeu (en plus d’une clé Steam ou GOG) et qui en plus reverse 5% du prix du jeu à une association, et te propose d’en reverser 5 de + ou de les garder dans ton porte monnaie. Pour revenir à Steam, j’ai récemment remarqué que les payements se font à une filiale au Luxembourg, on voit bien le modèle du toujours + de profits.

    • Je ne suis pas très fan de Humble Bundle, peut être parce qu’ils n’ont pas de client, de plateforme. Télécharger des exe, suivant suivant suivant, recommencer à chaque mise à jour, très peu pour moi. J’aime aussi le suivi de mes jeux, comme le temps de jeu, les succès, etc. HB ne propose rien de tout cela, ça reste un simple vendeur à mon sens. Mais oui, ça peut être une bonne alternative pour le magasin Steam, mais pas à Steam en général.

      J’ai vu aussi pour le Luxembourg, effectivement cela montre bien leur business model…

  3. Bien d’accord.
    Tellement d’accord que je n’ai jamais eu de compte Steam et que je n’en aurai jamais, ils sont trop destructeur.
    Je suis un Joueur (oui, avec un ‘J’ majuscule, carrément !) **j’aime** les jeux ! Et je ne peux pas cautionner l’avenir que nous promet Steam depuis leur début.

  4. Article super intéressant.

    Pour ce qui est de la caution prise par Steam sur la revente d’items, c’est vrai que c’est légèrement abusé. Pour revendre un item qu’on a en double et, qui pour la plupart valent 3 centimes, on ne gagne qu’un centime. Un tiers du prix de vente dans notre poche pour les trois quarts des items.

    Après Steam est une plateforme ultra complète qui propose un large contenu qui peut plaire à certains et non à d’autres comme les casual gamer. Mais la plateforme communautaire peut être super pratique : guides de la communauté pour se débloquer, espace de discussion.

    Steam propose de plus en plus de choses et pourquoi pas ? Elle se complète petit à petit. Pour ceux qui n’en ont pas l’intérêt, il suffit d’ignorer les nouveautés ou même de ne pas se créer de profil. Pour les amis, on peut également cacher son activité.

    Ps : Level 84, j’ai un bon gros zizi virtuel (j’ai adoré cette tournure)

  5. Si jamais vous ne connaissez pas, le site https://steamdb.info/calculator/ permet de connaitre la valeur approximative de son compte Steam ainsi qu’un panel d’autres données.

    Par contre, ça soulève encore des questions sur l’utilisation des données puisque celles ci sont disponibles publiquement à qui cherche votre profil.

    Pour le profil de fou furieux, le site http://steamlevelcalculator.com/ permet de calculer approximativement l’argent dépensé pour monter son lvl Steam … et ça peut faire peur …. (1371 = 52000$)
    A ce prix là, vaut mieux avoir un beau profil comme le mien ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

ee9d8e7ecf54201d6c861723f60e57f6yyyyyyyyyyyyyyyyyyy