En chiffres : les effets thérapeutiques et délétères du cannabis

juil
29

En chiffres : les effets thérapeutiques et délétères du cannabis

http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/medecine-chiffres-effets-therapeutiques-deleteres-cannabis-54632/

Je cite :

« Les premières traces archéologiques de son utilisation remonteraient au Néolithique, soit environ 8.000 ans avant Jésus-Christ. »

« 1,2 million de consommateurs réguliers en France, au minimum 10 fois dans le mois. »

« La consommation modérée de marijuana ne semble pas présenter un risque pour les adultes en bonne santé »

Des années qu’on parle en bien ou en mal du cannabis, et quand je vois que ça existe depuis des millénaires, qu’on a des récepteurs cannabinoïdes dans le cerveau, ça doit pas être si mauvais que ça.

Dans mes cours de biochimie, on l’a appris en large en long et en travers : la pire des drogues en terme de dégâts et d’addiction est l’alcool qui est en fait un poison (détruit les neurones, différentes cellules, etc), pire même que l’héroïne qui ne détruit rien (hors overdose évidemment hein), et le cannabis est la plus faible drogue, elle ne crée pas de dépendance physique et ne détruit rien.

Bon, je ne dis pas qu’il faille se droguer non plus, mais on est tous drogués d’une manière ou d’une autre. On aime tous ce qui donne du plaisir : faire l’amour, le chocolat, le sucre… Pour info, faire l’amour, le chocolat ou le sucre déclenche exactement les mêmes cascades de réactions que les drogues classiques (dont l’aboutissant est la production de dopamine). Par contre le gras ne provoque rien.

Leave a comment